Pour vous inscrire sur le forum, tout est expliqué ici
Après la création de votre compte, sans présentation au bout d'une semaine, Votre compte sera supprimé.
pub zooplus.fr

La maltraitance : par amour de nos animaux de compagnie

Avatar de l’utilisateur
souris65
Messages : 3739
Inscription : jeu. 17 janv. 2008 00:00
Humeur : Un peu speed comme les Dalmatiens
Prénom : Sabine
Fonction dans l'asso : Assistante en éthologie et Comportement Canin, Félin, Equin
Localisation : Montmirail (51)

La maltraitance : par amour de nos animaux de compagnie

Message par souris65 » mar. 22 nov. 2011 13:48

La maltraitance par amour de nos animaux de compagnie[/color][/size]

Mon métier, mes activités au sein de notre association, m'amène souvent à être confronté à la maltraitance ou de parler de la maltraitance. Et chaque fois je suis obligé de faire le constat : dans l'esprit de 98 % des gens la maltraitance est synonyme de coups et de cruauté. En rédigeant cette page ce n'est pas sur cette forme de cruauté que je voudrais attirer votre attention, des organismes de protection animale s'en chargent très bien. Trop bien à mon goût car elles passent complètement sous silence cette forme insidieuse de maltraitance. Je veux parler de ces attitudes, par amour certes (encore faudrait-il définir le concept d'amour) mais qui sont néanmoins de la maltraitance et qui consistent à prêter des besoins alimentaires et comportementaux humains à nos compagnons de vie.

En gros je constate souvent deux formes de maltraitance par amour
- je t'aime donc je t'étouffe.
- je t'aime donc je t'engraisse.
La troisième forme de maltraitance que je n'aborderai pas ici est le syndrome de Münchhausen. La solution de cette maltraitance étant une thérapie du maître par un psychothérapeute.

Je t'aime donc je t'étouffe

Cette maltraitance commence souvent au stade chiot. Par ignorance on prive le chiot de tout contact avec ses congénères. Cette hyper protection va en fait priver le chiot des contacts indispensables qui lui permettrons d'apprendre, d'expérimenter le langage des chiens, le relations hiérarchiques indispensables au juste comportement non seulement avec ses frères chiens mais aussi envers l'homme. Les carences de ce type entraîneront un comportement inadéquat en présence de congénères (agressivité, inhibition). Les attitudes d'agressivité de bon nombre de petits chiens sont à rechercher dans ce type d'hyper protection (et non dans l'explication, très anthropomorphique : ils agressent car ils savent qu'ils sont petits).

On ne répétera jamais assez qu'un chien, quelle que soit sa race à besoin de ses congénères pour apprendre le juste comportement, les anglo-saxons l'on comprit d'où la création d'écoles de chiots.

Cette maltraitance se poursuivra par une humanisation, ou plutôt une infantilisation du chien. En effet, s'il est vrai que le chien est de plus en plus considéré comme un membre à part entière de la famille, il continue malgré tout à "fonctionner" en chien et pour signifier son "mal être" il ne pourra avoir recours qu'au langage chien (destructions, souillures, agressivité).

Et la "cerise sur le gâteau" dans ce cursus de la maltraitance est constituée par la fréquence et la durée des sorties. Un chien a besoin de sortir non seulement pour faire ses besoins mais aussi pour "s'informer et se situer dans un environnement". Renifler des crottes, des pipis lui permet de s'informer sur le monde dans lequel il vit (imaginez-vous d'être privé d'informations donc coupé du monde). Les sorties "vite pipi, crotte" carence le chien avec des conséquences comparables que chez l'homme en cas de privation d'informations. Force est de constater que bien souvent un chien en appartement a plus de contact avec le monde qui l'entoure car le maîtres sont obligés de le sortir, alors que le chien en pavillon ne connaît souvent que le périmètre du jardin.

C'est dans ce type d'humanisation qu'il faut chercher la cause des comportements inadéquats de plus en plus fréquents. On pourrait résumer cela par une citation de B. Cyrulnik : "Depuis qu'en Occident nous les prenons pour des œuvres d'Art vivantes, chargées de stimuler notre affectivité, il vivent comme des patachons et nous mordent de plus en plus parce qu'ils se considèrent comme nous dominant. Dans les civilisations qui se les représentent comme fouilleurs d'ordures, ils sont tellement méprisés qu'ils se sentent dominés. Là, ils mettent la queue entre leurs pattes, baissent les oreilles et évitent les hommes."(1)

Aimer et aider un chien, cela est vrai pour tout animal de compagnie, ce n'est pas lui donner le statut d'humain, c'est respecter ses vrais besoins, un chien ne pourra, même avec tout l'amour que lui porte son maître que raisonner en chien, jamais en humain !


Je t'aime donc je t'étouffe (ébauche d'explication)

Cette montée en puissance se trouve dans le sentiment zoophile induite par notre société industrielle et les conséquences de celle-ci, solitude, violence, mal-être....l'homme étant, comme le chien, un animal social mais doué de projection, en plus des relations sociales (au sens large) vitales, il peut se créer un monde fantasmatique (en contrepied de la réalité quotidienne) dans lequel il va pouvoir se ressourcer. Dans ce monde fantasmé l'animal de compagnie est une pièce clé. Il n'a pas accès au langage articulé on peut donc lui prêter toutes les questions et toutes les réponses et en conséquence interpréter toutes ses attitudes comme une adhésion à nos concepts du monde. Et quand ce n'est plus le cas, du fait du comportement inadéquat de l'animal, ce n'est pas notre concept qui est mauvais, mais l'animal qui n'est pas normal (ne faut-il pas voir dans cette explication une grande part des abandons ?).

En outre dans cette relation que nous avons avec nos animaux de compagnie, toujours en raison de l'évolution de notre société, ils sont de plus en plus traités en enfant. Mais en enfant appelé ou amené (consciemment ou non) à rester dépendant. Cette démarche est plus que paradoxale quand on sait que la relation moderne d'éducation est fondée sur l'acquisition entre autre de l'autonomie. Or l'animal de compagnie (c'est encore plus vrai pour le chien) est élevé dans uns un esprit de dépendance (esprit qui est diamétralement opposé à celui de l'éducation de nos enfants) lui est condamné "ad vitam aeternam" à la dépendance. L'animal de compagnie ne remplacerait-il pas le rôle que nous aimerions que nos enfants aient ? (façonnable à merci, fidèle jusqu'à la mort et malgré tout reconnaissant, ce qui est le cas des animaux de compagnies).

L'autre sorte de maltraitance trouve également ses origines dans un anthropomorphisme, (anthropocentrisme) exagéré.

Je t'aime donc je t'engraisse...

En cette fin de siècle, le choix de nourriture proposé aux propriétaires n'a jamais été aussi vaste, normal, énergétique, senior, junior...etc. Ce choix de produits, dans une gamme, n'est pas critiquable en soit, mais l'usage qui en est fait. Les abus le sont et ce malgré les bonnes intentions. Aucun media, et encore moins les producteurs, les professionnels, les SPA , n'ont pris le soin d'informer le grand public, détenteur de chiens, quels étaient les besoins réels des canidés.

Le message se résume à : vous aimez votre chien donnez-lui le meilleur ! Et à partir de cette affirmation on assiste à des dérives :
- le maître, qui pensant bien faire, cuisine les repas comme les siens (on ne sale pas trop, gare à l'hypertension).
- le maître, qui donne des croquettes "énergétiques" à son chien, qui a une vie sédentaire (avoir des formes = être en forme)
- le maître qui fait un cocktail de croquettes, de boites et de petits plats mitonnés.
- le maître qui lui prélève une portion de son propre repas (le plus touchant aux yeux des amis des animaux)
J’en passe et des meilleurs.......

Toutes ces attitudes, partent d'un sentiment d'amour et pourtant....bon nombre de chiens qui ont droit à ce régime de faveur le payent chèrement. Car souvent ces régimes d'amour, sont synonymes de surcharge pondérale avec tous les problèmes que l'excès de poids entraîne (problèmes cardiaques, articulaires, comportementaux). Un chien ainsi soigné, aux petits oignons, du fait de sa surcharge pondérale voit son espérance de vie diminuer significativement, son comportement altéré. Ses besoins protéiques, lipidiques et glucidiques n'étant pas équivalents aux besoins des humains, le chien stocke cet excédent dans son tissu adipeux.

A l'exemple de ce chien, un Golden Retriever, rencontré dans un parc Strasbourgeois, deux autres chiens se précipitent vers ce chien. Le maître des deux chiens s'approche et rappelle ses deux compagnons en ajoutant au rappel " laissez ce papy tranquille". Le maître du Golden, un peu vexé, répond : ce n'est pas un papy il a 3 ans ! Mon ami se sent un peu gêné. Il s'en suit une discussion au cours de laquelle il ressort que le dit Golden pèse 48 kg, soit un certain nombre de kilos en trop par rapport au poids moyen de cette race.
Au cours de la discussion il apprend que ce chien à droit tous les jours à "un petit déjeuner" tartines beurrées, à un repas de midi (croquettes et viande) et un repas du soir (reste et plats spécialement cuisinés). Mon ami s'étonne de ce régime il lui est répondu : " il a toujours faim, quand on lui donne il mange et quand nous mangeons sans rien lui donner, il mendie". Ne rien lui donner serait inhumain !
A cela le propriétaire ajoute : "je sais il est un peu gros mais cela tient au fait qu'il ne court pas beaucoup, il est très flemmard"
Avez-vous déjà vu un obèse courir un 100 mètres ? Même s'il le voulait son corps malmené crierait "Stop j'en peux plus". Il existe effectivement des chiens qui ont un caractère amorphe, mais malheureusement dans un grand nombre de cas c'est plutôt le surpoids qui entraîne cette apathie.

Aimer son chien, c'est donner à son compagnon une alimentation, une quantité adaptée à ses besoins. Le voir grassouillet* est une chose mais est-elle justifiée par une réduction de son espérance de vie ! Amour ne doit pas être équivalent de mort prématurée.

De même donner à son chien une alimentation type "énergie", alors qu'il vit une vie de M. "Tout le monde" équivaut à donner une alimentation à M. Durant d'athlète de haut niveau alors que ce dernier ne pratique qu'occasionnellement des concours de pétanque. Imaginez le résultat sur M. Durant !

Je t'aime donc je t'engraisse (ébauche d'explication).

La première explication qui me vient à l'esprit découle de notre notion de façonnage de nos propre enfant (cette explication me semble vraie que pour les propriétaires d'un certain âge). Jusqu'à l'apparition des laits (humains), dans les années 1970, dit maternisés il était de bon ton de donner une alimentation riche (en sucre en autre) afin d'avoir des bébés "grassouillets" (soufflé en terme médical). Dans l'esprit populaire un bébé en bonne santé avait du volume). Malgré les preuves de pertinence dans le domaine de la santé, ces laits maternisés, ainsi que le lait maternel avaient beaucoup de mal à s'imposer.

La deuxième explication (pour nos générations qui n'ont pas connu la guerre) semble résider dans l'archétype de la femme, de l'homme moderne en vigueur dans notre société. Combien d'entre nous suivent un régime afin de coller à une image (consciemment ou inconsciemment). Pour les humains les notions de goût, de plaisir, de délectation, de plaisir sont de notions importantes alors quand nous devons faire attention à notre alimentation, au cholestérol, nous nous rattrapons par animaux interposés. "Je ne peux (je n'ai pas droit de manger cela", je souffre de cet état de fait alors je vis à travers tes goûts.
Mais l'inverse est vrai également : "je me dois de réduire mon alimentation" alors toi mon animal de compagnie tu y a droit également et ce sans tenir compte, une fois de plus de ses besoins énergétiques.

Conclusion

En conclusion, aimer ou plutôt respecter son animal de compagnie, c’est, s'informer et respecter ses besoins comportementaux, énergétiques, en plus des règles de vie cohérente. Les animaux n'ont pas besoin, du simple fait qu'ils sont de compagnie, des mêmes besoins que nous leur compagnon ! Les priver de contacts, leur ôter toutes facultés d'adaptation afin d'être à leurs yeux Dieu, les engraisser et ainsi réduire leur espérance de vie, installer des pathologies (cardiaques, articulaires) me semble aussi dramatique et condamnable que la violence physique, et l'amour ne doit et ne peut, à mon sens pardonner cette cruauté.

* en Allemagne, Suisse les ligues de protection animale commencent à sensibiliser les personnes à ce problème. Elles ont même montrée que les surcharges pondérales ne se réduisaient pas uniquement sous-alimentation "light" mais que les pertes de poids les meilleures étaient obtenues avec des croquettes normales + une hygiène de vie (sortie) adéquat, sauf pathologies particulières.

http://www.cyno-logique.com/
Jean-Marc GRAFF © Octobre 2003
Nier la soufrance de l'animal entraine vite à devenir indifférent
à celle de l'humain.


Pour protéger, il faut aimer. Pour aimer, il faut connaître.
"Sans les animaux le monde ne serait pas humain" Kl. Matignon


Calins à vos toutous de Sabine
et léchouilles de Freckles, Jaïa et Lakshmi

Verrouillé

Revenir vers « Education du maître »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité