Pour vous inscrire sur le forum, tout est expliqué ici
Après la création de votre compte, sans présentation au bout d'une semaine, Votre compte sera supprimé.
pub zooplus.fr

L'éthologie c'est quoi ?

Verrouillé
Avatar du membre
souris65
Messages : 3825
Enregistré le : jeu. 17 janv. 2008 00:00
Humeur : Un peu speed comme les Dalmatiens
Prénom : Sabine
Fonction dans l'asso : Assistante en éthologie et Comportement Canin, Félin, Equin
Localisation : Montmirail (51)

L'éthologie c'est quoi ?

Message par souris65 »

C’est la science qui étudie le comportement des êtres vivants, animaux ou humains.
Elle peut utiliser l’apport d’autres disciplines : biologie, zoologie, génétique, neurophysiologie, etc.


C’est le naturaliste Geoffroy Saint-Hilaire qui a utilisé le vocable d’éthologie en 1856 pour désigner l’étude du comportement des animaux.

Observation :

L’éthologie c’est l’art de l’observation, sans limite de temps, en se fondant dans le paysage pour ne pas influencer le comportement de l’animal observé.

Définition du comportement – qualification (durée, fréquence...) – séquences comportementales – facteurs de causalités – émission d’hypothèses et la tentative de les valider.

Ontogénèse :

Développement des comportements de la naissance à la mort. Ils peuvent être acquis, par exemple, en observant des congénères ou innés, donc génétiquement programmés.

Les comportements peuvent être de communication, de reproduction, d’alimentation, de déplacements, sociaux, territoriaux. Ils sont déclenchés par une stimulation qui peut être endogène (venant de l’intérieur du corps) ou exogène (venant du milieu).

Phylogenèse :

L’évolution d’une espèce au cours des générations.

Les méthodes éthologiques :
Selon les grands principes de K. LORENZ et N. TIMBERGEN, il faut pouvoir observer l’animal sans a priori, en restant objectif.

- Phase d’observation :

Définir le comportement observé
Le classer dans un registre
Le quantifier
Etudier les séquences comportementales
Quelles sont les causes de ce comportement ?
Quand apparaît-il ?
On doit pouvoir établir un éthogramme (un répertoire comportemental complet)

Phase expérimentale :

Tenter de recréer une situation pour valider une hypothèse. Certains le font en milieu naturel, d’autres en laboratoires (milieu contrôlé).

Il faut savoir que toute modification du biotope en apportant un nouvel élément ou en créant un milieu artificiel va perturber le sujet observé.

L’identification sociale :

Il y a une reconnaissance individuelle, la cognition sociale c’est l’intelligence des rapports entre individus du même groupe.

Chez les loups cette reconnaissance est également vocale, si l’on diffuse les hurlements.

La relation sociale :

Elle peut prendre une forme différente selon les circonstances : lieu, expérience, présence d’individus connus ou inconnus, proximité de nourriture, etc...

Le monde social :

Le comportement va dépendre de l’état interne du sujet ainsi que de la manière individuelle de concevoir un monde affectif et cognitif-inter-attraction, effet de groupe, dominance hiérarchique, territorialité.

La pulsion :

Elle est innée et pousse l’individu à un comportement.

La motivation :

Elle est variable, n’est pas génétiquement programmée, peut se réduire par effet de fatigue. On motive par la privation.

C’est une force interne variable en fonction de facteurs internes (hormones, facteurs nerveux)

L’analyse composée des comportements :

On peut composer les éthogrammes du chien et du loup

Ce qui est stéréotypé (génétiquement programmé et non apprentissage)
Si deux comportements sont proches il faut faire la différence entre analogie (ressemblance superficielle) et homologie (ressemblance due à un lieu de parenté)

Par exemple manger une proie et enterrer ce qui reste pour le loup se matérialisera par des mouvements « à vide » concentriques pour le petit chien qui vit en appartement.

La communication :

Chaque animal possède un registre perceptif propre. La communication s’établit dans un écosystème (ensemble d’espèces vivant de manière équilibrée dan un milieu donné) avec différents signaux. Chaque sujet réagit à des stimulations spécifiques et adaptées : optiques, olfactives, tactiles...

Le signal doit être :

* Repérable
* Sélectif (n’avoir de valeur que pour le récepteur adapté
* Correspondre à un état de motivation de récepteur

Le signal supplément

Si le signal est inefficace, il peut émettre un signal d’une autre nature.

Ex : le chien fait des va-et-vient devant le robinet car il a soif. Si le maître ne répond pas il va aboyer.

La ritualisation :

C’est l’ensemble des transformations qu’a subi le comportement avant de devenir un signal (apaisement social, sexuel ou ritualisation de l’agression) :

- Accentuation de certaines composantes (relever la tête et la queue)
- Fréquence d’émission augmentée (marquage)
- Modification morphologique (pilo-érection)
- Le comportement peut changer de registre (imiter un chiot permet de ne pas se faire agresser)

Aujourd’hui l’Ethologie :

Après la querelle entre les innéistes et les behavioristes c’est celle entre les éthologues de terrain et les éthologues en laboratoire qui ont lieu, à l’heure actuelle l’étude du comportement n’hésite pas à utiliser toutes ces possibilités de la science.

L’école mécaniste :

C’est l’école mécaniste qui considère l’animal comme une machine, le comportement étant réduit à des unités :
DESCARTES – LOEB – PAVLOV – WATSON – SKINNER
Le behaviorisme de Watson et Skinner indique qu’en situation d’apprentissage, on peut associer n’importe quel stimulus à n’importa quelle réponse comportementale. Il rejette les concepts psychologiques pour considérer tout comportement comme « stimulus-réponse ».

L’école innéiste :

C’est l’observation en milieu naturel : ARISTOTE – PLUTARQUE- BUFFON – SPENCER – DARWIN – WITHMAN – CRAIG.

Pour eux les comportements préexistent avant tout apprentissage

L’école objectiviste :

Elle naît vers 1930 et intègre l’instinct, la notion de stimulus et la réponse avec celle de motivation. C’est l’observation des comportements en étudiant leur caractère instinctif. Les stimuli adéquats déclenchent les comportements (mécanisme inné de déclenchement). On le doit à Konrad LOVENZ et Nikolas TINBERGEN.

Cognitivisme :

Etude de la cognition (psychisme) permettant l’observation. La recherche des capacités intellectuelles chez les sujets.


Image


Joseph Ortéga - Juillet 2007
Nier la soufrance de l'animal entraine vite à devenir indifférent
à celle de l'humain.


Pour protéger, il faut aimer. Pour aimer, il faut connaître.
"Sans les animaux le monde ne serait pas humain" Kl. Matignon


Calins à vos toutous de Sabine
et léchouilles de Freckles, Jaïa et Lakshmi
Verrouillé

Retourner vers « Ethologie canine »