Pour vous inscrire sur le forum, tout est expliqué ici
Après la création de votre compte, sans présentation au bout d'une semaine, Votre compte sera supprimé.
pub zooplus.fr

Le territoire

Verrouillé
Avatar du membre
souris65
Messages : 3825
Enregistré le : jeu. 17 janv. 2008 00:00
Humeur : Un peu speed comme les Dalmatiens
Prénom : Sabine
Fonction dans l'asso : Assistante en éthologie et Comportement Canin, Félin, Equin
Localisation : Montmirail (51)

Le territoire

Message par souris65 »

Même si la domestication est synonyme de changements chez les espèces domestiques, le comportement du chien rappelle les instincts sauvages. C'est le cas pour le marquage du territoire, qui, du loup au chien, conserve toute son importance. Quelle que soit sa taille et sa race, le chien demeure un prédateur qui définit et défend un territoire

La notion de territoire
Le chien est un animal territorial par excellence, même s'il passe son temps dans une maison.
Pour un loup, le territoire est une surface dont les limites sont établies de différentes manières. Il y vit seul ou en meute. Il y aménage sa tanière, s'y repose et le défend contre toute intrusion.
L'« aire d'habitation » inclut le territoire, mais ce sont deux notions différentes, souvent confondues à tort. L'aire d'habitation est plus vaste et sans propriétaire. Elle est constamment prospectée et inspectée au cours des grandes sorties de chasse. Les loups comme les chiens l'utilisent pour chercher leur nourriture. Contrairement au territoire, elle n'est pas délimitée avec précision, et peut augmenter ou diminuer selon le nombre d'individus à nourrir dans la meute et les besoins des animaux.
Chez nos chiens domestiques, les choses sont transposées mais restent les mêmes. La meute devient la famille de son maître. La tanière, c'est la maison, ou la niche, s'il vit dehors. Et elle fait partie du territoire à défendre.

Marquer son territoire
Le marquage par l'odeur est un bon moyen pour le chien de délimiter son territoire. Une habitude tout droit héritée, une fois encore, du loup. Même les chiens les plus domestiqués, de plus en plus éloignés de leurs instincts naturels, continuent à se plier à des comportements rituels de marquage. Cailloux, troncs d'arbres, arbustes quand ils sont à la campagne. Pneus de voiture, poteaux, boîtes aux lettres et autres excroissances quand ils vivent en ville.
Tous les chiens, mâles ou femelles, s'y précipitent, irrésistiblement attirés par un délice invisible. Ils analysent d'abord le message odorant qui s'y trouve, qu'un autre leur a laissé, puis déposent leur propre odeur en levant la patte et parfois en grattant la terre. Ainsi, le message et la « réponse » sont placés en hauteur, ce qui les rend plus résistants que s'ils étaient simplement déposés sur le sol.
De plus, le choix de ces emplacements stratégiques, toujours les mêmes, permet à chaque chien de détecter facilement l'empreinte chimique de ses congénères et de leur indiquer la sienne.

Une multitude d'informations
Le marquage systématique a donc plusieurs fonctions : délimiter le territoire, mais aussi connaître le statut social des autres chiens. En effet, les scientifiques ont noté une corrélation entre le marquage et la place du chien dans la hiérarchie. Plus le chien est dominant, plus il aura tendance à marquer fréquemment. Le marquage peut encore jouer un rôle apaisant. Le chien l'utilise pour se rassurer dans des endroits inconnus. Il marquera davantage des lieux où il n'a jamais mis les pattes auparavant. Marquer sert enfin à diffuser des informations essentielles comme l'âge de l'animal, son sexe, son état de santé et même s'il est bien disposé ou en colère.
Alors, quand votre chien tirera sur sa laisse pour aller renifler ces « choses », vous les verrez à présent d'un autre œil et serez peut-être plus indulgents !

Comportements associés au marquage
Pourquoi mon chien lève-t-il encore la patte alors qu'il ne lui reste plus une goutte d'urine ?
Il n'est pas devenu fou, mais même si sa vessie est soulagée depuis longtemps, l'odeur d'un congénère déposée sur un de ces endroits privilégiés le pousse à vouloir recouvrir cette odeur de la sienne.
Pourquoi mon chien gratte-t-il le sol après avoir fait ses besoins, y compris sur un sol en béton ?
Il existe plusieurs hypothèses pour expliquer ce comportement. Il serait le résultat d'un désir inné de recouvrir ses excréments de terre, comme le font, par exemple, les chats dans la campagne ou dans leur bac. Certains spécialistes du comportement pensent que le chien agit ainsi afin de répandre ses selles et d'en renforcer l'odeur. Mais l'interprétation la plus vraisemblable est qu'il ajoute de cette façon au signal odorant un signal visuel : puisque les excréments ne peuvent pas, comme l'urine, être déposés en hauteur, en un endroit suffisamment visible, il faut gratter tout autour pour que les autres chiens les repèrent de loin.
Pourquoi mon chien tourne en rond avant de déféquer ?
Là encore, plusieurs hypothèses. Piétiner le sol est un signal visuel, comme le grattage. Il peut également s'agir d'un comportement de substitution : le chien piétine pareillement le sol quand il veut rendre le terrain plus confortable avant de s'y allonger.

Tous ces comportements de marquage du territoire peuvent paraître insolites. Pourtant, ils ont tous une fonction bien précise et un seul but : laisser un message aux autres, leur communiquer des informations essentielles dans l'univers canin.
Un moyen efficace de « centraliser » les informations, de les rendre accessibles au plus grand nombre. Une sorte de kiosque à journaux pour chiens, où l'on vient acheter son odeur du matin pour s'informer quotidiennement des nouvelles du monde !


Paru dans le magazine Chiens 2000, rubrique « Comportement ».
Nier la soufrance de l'animal entraine vite à devenir indifférent
à celle de l'humain.


Pour protéger, il faut aimer. Pour aimer, il faut connaître.
"Sans les animaux le monde ne serait pas humain" Kl. Matignon


Calins à vos toutous de Sabine
et léchouilles de Freckles, Jaïa et Lakshmi
Verrouillé

Retourner vers « Ethologie canine »